JO-2024: DES BATEAUX-TAXIS SUR LA SEINE ENTRE LE LOUVRE ET LA TOUR EIFFEL

Admirer les berges de Seine lors d'un trajet privé en bateau entre les deux monuments les plus visités de la capitale, pour 145 euros: l'expérimentation du "taxi Seine Paris" a été lancée jeudi en vue des Jeux olympiques (26 juillet - 11 août) et d'être pérennisée ensuite.

Proposé par l'office du tourisme (Paris je t'aime), la Communauté portuaire de Paris (CPP) et le port (Haropa), ce nouveau service sollicitera 10 bateaux pouvant transporter des groupes jusqu'à 6 personnes entre le Louvre et la tour Eiffel.

Un trajet de 15 à 20 minutes, réservable en ligne jusqu'à vingt-quatre heures à l'avance et que les bateaux s'engagent à accepter ou non en quelques minutes.

Ces petits bateaux appartiennent à des sociétés de croisière privée comme celle de Philippe Fournié, qui prévoit de mettre à disposition son bateau à moteur vénitien des années 1960.

"L'idée est de faire matcher une demande potentielle de clients qui veulent se déplacer autrement, et des compagnies qui peuvent avoir des périodes d'inactivité entre des croisières classiques", explique-t-il à l'AFP.

Quant au prix, "il faut que ça reste motivant et attractif pour les opérateurs", souligne-t-il, rappelant qu'une "croisière d'une heure, une heure et demie coûte entre 400 et 1.000 euros suivant le bateau".

"Divisé par 6, ça fait 25 euros. Un bateau de croisière traditionnelle (bateau-mouche, NDLR), c'est entre 15 et 20 euros pour un tour d'une heure", abonde Olivier Jamey, président de la Communauté portuaire, qui dit s'être aussi inspiré de "ce qui se faisait à Venise", ville référence pour le transport privé fluvial.

Ce service est lancé à quelques semaines des JO pendant lesquels 15 millions de visiteurs sont attendus dans la capitale, notamment sur les sites d'épreuves de la Concorde et la tour Eiffel.

Avec respectivement 8,9 et 6,3 millions de visiteurs en 2023, le Louvre et la tour Eiffel sont les monuments les plus visités de Paris, qui a accueilli l'an passé 36 millions de touristes.

A terme après les JO, M. Jamey voit sur cette "ligne fixe" un "potentiel d'une cinquantaine de bateaux quand le service sera rôdé".

Dans la phase d'expérimentation, il juge "probable" de faire le constat "qu'il n'y ait pas assez de disponibilité".

2024-06-13T17:58:01Z dg43tfdfdgfd